Now Reading
Faut-il sauter le pas et créer sa propre entreprise ?

Faut-il sauter le pas et créer sa propre entreprise ?

entreprenariat, étudiante

Depuis ces dernières années, créer son entreprise attire de plus en plus les jeunes. Selon Opinion Way, 52 % des 18-30 ans se sont lancés dans l’entreprenariat en 2018 dont 16 % sont passés à l’acte, et ce malgré les risques financiers et les difficultés administratives.

Cette tendance, mise en lumière par Opinion Way, a séduit Cécilia Choppin, 25 ans, qui suite à l’obtention d’un bac ES à Lyon, décide de tourner la page du lycée et de s’orienter dans la publicité en 2014. Appréciant l’univers de la création, de l’art et des travaux manuels, elle choisit l’univers de la communication dans l’optique de devenir directrice artistique. C’est en postulant à SUP de PUB Lyon, une école du pôle Communication d’INSEEC (Haute École de Communication), que la jeune étudiante s’épanouit dans ses premières années d’étude en spécialité création. 

Les débuts d’un projet

Pendant ses trois années de bachelor, Cécilia Choppin eu de multiples expériences. En partant d’une MANAA (Mise à Niveau en Art Appliqués) en première année, puis après deux années supplémentaires dans la direction artistique, la jeune entrepreneuse a développé ses compétences. « C’est grâce à mes stages que j’ai pu me perfectionner dans l’événementiel, avec la création de supports de communication et de contenus web. Puis en tant qu’assistante directeur artistique », précise t-elle.

Son école de communication lyonnaise, SUP de PUB, organisait en parallèle des compétitions avec la participation de vrais annonceurs. Une volonté de l’école pour mettre les élèves en situation réelle, dans la peau de professionnels. « Le but était de créer une agence avec les postes nécessaires, des stratèges et des créatifs afin de répondre à la problématique du client », nous explique-t-elle. Encore étudiante, Cécilia devine qu’il est nécessaire d’avoir un large panel de compétences et d’expertises pour réussir au mieux dans cette activité.

À la fin de son bachelor, Cécilia Choppin s’oriente vers un master de communication et stratégie des marques et décide de réaliser son année en alternance dans une agence. Elle choisit un poste polyvalent (création) afin d’être toujours dans cette dynamique de gagner en nouvelles compétences. Dans cette optique d’évolution, elle part à l’étranger pour sa dernière année grâce à son école. Son niveau d’anglais n’étant pas très bon, elle prend une année sabbatique pour se perfectionner. TOEIC (test of English for International Communication) en poche, elle s’envole six mois au Baruch Collège à New York pour étudier la communication « Luxury art and Fashion Marketing ». « Une expérience à la fois enrichissante et complémentaire ! J’ai pu découvrir la culture américaine du travail et observé leur mode de fonctionnement ainsi que les modèles utilisés. »

Créer sa propre entreprise, c'était le but de Cécilia Choppin. Elle a créé "Nineteen Three Agency".
Logo de l’agence Nineteen Three Agency. Crédit : Cécilia Choppin

Lancer une agence de com’ en pleine crise sanitaire

L’arrivée de la Covid-19 coupe court à ses projets si bien qu’elle décide de créer sa propre agence de communication : Nineteen Three Agency. « Quand j’étais à New York, j’ai été impressionnée par le cas d’Elon Musk. C’est un peu grâce à lui et à mon équipe que j’ai lancé ma propre entreprise ».
Avec une bonne dose de motivation et d’ambition, Cécilia Choppin saute le pas : « Si j’ai commencé en 2020, c’est grâce à ma prise de conscience de l’état du marché du travail. Il n’y a que très peu d’offres d’emploi intéressantes dans ce milieu. J’ai donc pris mon courage à deux mains et je me suis lancée ! », s’exclame la jeune femme.

See Also
étudiante s'informe sur le site Parcoursup

Finalement, peu importe. Les entreprises ont toujours besoin d’un accompagnement personnalisé en communication. A force d’en parler et en seulement quelques mois, plusieurs opportunités s’offrent à elle, notamment pour la mise en place de stratégies de développement et de communication. 
C’est avec un mental d’acier que la jeune femme de 25 ans débute son périple, son jeune âge n’étant en aucun cas un frein pour continuer l’aventure. « Cela peut être impressionnant de partir seule au vu de mon peu d’expérience professionnelle. Mais j’ai suffisamment de recul pour pouvoir proposer mes prestations. On se forme sur le tas avec beaucoup de recherches et de travail », explique-t-elle. Travailler seule ou avec des prestataires lui permet d’échanger et d’être en apprentissage constant.

Aller plus loin, voir plus gros

Soucieuse de son avenir, Cécilia ne compte pas s’arrêter là. En parallèle de ses activités, elle s’est lancée le défi de créer une marque de vêtements avant la fin de l’année 2021 « pour explorer d’autres horizons ». C’est très intéressant de créer un projet dans un autre domaine, c’est enrichissant au niveau des compétences, dans le relationnel et les aspects humains. On s’ouvre à de nouveaux univers, comme par exemple : monter un business plan, des études de marchés etc… ».

Scroll To Top