Now Reading
La précarité étudiante selon les époques

La précarité étudiante selon les époques

Trois étudiants devant une université dans les années 60, où la précarité étudiante existait déjà.

Deuxième épisode de notre série « Avoir 20 ans en… ». C’est un triste sujet qui persiste depuis les années 60 auquel nous allons nous intéresser aujourd’hui : la précarité étudiante. Un fait de plus en plus médiatisé avec la crise sanitaire comme à Lyon ces derniers jours.

La précarité étudiante est-elle présente depuis longtemps ? Pour cela, il faut revenir dans les années 1960 pour le voir. A l’époque, le problème persiste déjà, sans qu’il ne soit forcément médiatisé.  Si nous avançons d’une vingtaine d’années, en 1982, 60% des étudiants vivaient avec moins de 1000 francs par mois, soit environ 927 euros. (Source : rapport de Claude Domenach)

Les frais de scolarité et la surpopulation des universités n’arrangent pas les choses dans les années 1990. Depuis cette époque, le nombre d’étudiants en France a augmenté de 60 %. Le sujet commence enfin à faire parler sérieusement dans les années 2000. Depuis 2009, le coût de la vie étudiante ne cesse d’augmenter d’année en année, atteignant des sommets depuis quelques temps.

La précarité étudiante aujourd’hui ?

La France consacre des moyens considérables pour la formation des jeunes. L’État propose des aides assez massives comme les allocations sociales ou l’APL (aide personnalisée au logement).

Selon le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche la totalité des allocations financières directes accordées à l’ensemble des étudiants (bourses sur critères sociaux, bourses au mérite, aides ponctuelles…), concerne 730 000 jeunes, soit 39,3 % des étudiants français. Il y a 15 ans, en 2005 c’était 30% des étudiants qui étaient concernés par ces aides.

Il est cependant nécessaire de rappeler qu’aujourd’hui 20% des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté (INSEE, 2019). La pandémie a notamment provoqué l’annulation de nombreux jobs étudiants. Durant le confinement, près de 6 étudiants sur 10 ont arrêté, réduit ou changé leur activité rémunérée.

See Also

Selon la FEF, Fédération des étudiants francophones, 33% des étudiants rencontrent des difficultés supplémentaires à payer leurs études. 85% des étudiants dépendent financièrement de leurs parents, lesquels dans 35% des cas, ont perdu une partie de leurs revenus à cause de la Covid-19.    

Des manifestations contre la précarité étudiante sont prévues ce jeudi après-midi au départ de la Manufacture des Tabacs, dans le 8e arrondissement de Lyon. Existe by ISCPA couvrira cet évènement.

Auteur

Scroll To Top