Now Reading
Et le temps s’envole, derrière notre écran de téléphone

Et le temps s’envole, derrière notre écran de téléphone

Jeune aux yeux en forme d'écran de téléphone passe son temps à croquer dans la pomme de la célèbre marque de smartphone

Retrouvez cette semaine deux billets d’humeur qui traitent de l’actualité de manière un peu philosophique, avec de la poésie si vous voulez la trouver et écrits avec la passion d’un jeune journaliste en devenir. Bref, je m’appelle Corentin, voici mes pensées un peu mieux organisées, pour un nouveau sujet sur le temps d’écran chez les jeunes !

Pour écouter l’article, c’est ici que ça se passe

Les années 2000 brillent de mille lumières bleues devant vos yeux endormis ! Depuis quelques années maintenant, on assiste à une forte hausse du temps passé par les jeunes sur leur téléphone. Avant, on avait une vie devant soi. Maintenant, c’est un écran.

Je m’adresse aujourd’hui à ceux qui, comme moi, se retrouvent à passer plus de trois heures par jour devant leur écran de téléphone. Mais qui malgré tout, se retrouvent à la fin de la journée sans avoir appelé personne. À ceux qui devaient répondre à un message et qui ont fini par regarder une vidéo de fabrication de beignet sous-titrée en coréen. Laissant en « vu » le message d’un ami. Et l’on sait à quel point il fait mal, ce « vu ».

Et lorsque trois semaines plus tard, on attend de nous des réponses, on sait que la vraie réponse n’est pas forcément bonne à donner non plus.  « Non, ton message n’était pas forcément plus important que ces petits vermicelles multicolores parfaitement alignés sur un gâteau au chocolat. P. -S. Encore désolé de ne pas être venu à l’enterrement ! »

 Une passion pour le téléphone qui demande du temps

Devant les résultats de mon temps d’écran sur 7 jours, soit 23h… je me suis posé une question simple. Je sais bien que je suis seul derrière mon écran. Pour autant, je me demande si je suis le seul à y passer autant de temps.  Bonne question pour Google, qui a su me donner l’envie de couper le courant de chez moi. Attention, on va commencer par s’accrocher. 

En moyenne, selon l’entreprise Deloitte, un adulte consulte environ 2716 fois son téléphone chaque jour… Je vous laisse imaginer après un an, si l’on faisait un squat à chaque fois. Autrement dit, entre l’épidémie du Covid et les smartphones, les salles de sport feraient mieux de se reconvertir… en Apple Store !

Mais bon, d’un site à l’autre, j’ai eu la chance d’approfondir mes recherches. C’est normal, je suis normal, et tout va finalement bien. Le Figaro m’apprend ainsi que « les 16-30 ans passent en moyenne une journée par semaine sur leur smartphone. » C’est seulement après que j’ai fait rapidement le calcul. Quatre jours par mois, 48 jours par an, 3840 jours si je vis plus de 80 ans, soit à peu près 10 ans passés 24h sur 24h, les yeux rivés vers le téléphone. Et si on veut être un peu tatillon, on peut penser qu’on est éveillé en moyenne douze heures, et donc qu’en en passant environ trois par jour sur son téléphone, on passe près de 20 ans à ne vivre que pour lui. Quel bonheur…

Un écran entre nous, les autres, et nos rêves…

On se plaignait du confinement forcé, alors bienvenue dans la prison choisie. J’espère que vous apprécierez la cellule en compagnie de votre cellulaire.

See Also
Une personne regardant son téléphone

Et je souhaite que dans celle-ci, nous prenions au moins le temps d’être confortablement installés. Puisqu’en 2019, les Français ont passé 27% de temps en plus sur leur téléphone par rapport à 2017… Et comme toute addiction, plus on consomme, plus on a envie de consommer. 

Bref, je me demande si, comme moi, le monde en a marre. Si comme moi, le monde a envie de plaquer ces heures de téléphone pour les échanger contre une sieste, un bol d’air, un livre, ou enfin contre une nouvelle vie, tout simplement.  Mais bon, là je ne vous parle que des téléphones, on ne va pas déprimer si on faisait le calcul avec nos ordinateurs et la télévision en plus. Même si en se renseignant un petit peu, on voit apparaître des chiffres qui vont au-delà de 60 ans en comptant les heures de sommeil.

Enfin, j’en conclus une chose. Si l’on est capable de rester 60 ans derrière un écran, à quoi se réduit le champ des possibles? Une chose est sûre, rien n’est donc impossible. Recommençons alors à rêver, peut-être même dans la vraie vie.

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top