Now Reading
Avec Lyveat, Enzo Chagny veut concurrencer Uber Eats

Avec Lyveat, Enzo Chagny veut concurrencer Uber Eats

enzo chagny application lyveat

En juillet 2019, deux jeunes entrepreneurs, Enzo Chagny et Maxime Villeneuve, imaginent Lyveat, une application de livraison à domicile. Un an et demi après, l’entreprise connait un succès grandissant.

« Nous sommes partis d’un constat négatif de la concurrence. Toutes les grandes plateformes de livraison de repas étaient présentes majoritairement dans les grandes villes. Tandis que dans les villes intermédiaires, elles, n’étaient pas concernées ou ne répondaient pas à 100% à la demande. » C’est avec cette réflexion que deux jeunes associés, Enzo Chagny, 21 ans, et Maxime Villeneuve, 23 ans, imaginent Lyveat en juillet 2019. L’objectif ? Permettre aux personnes résidant dans des villes moyennes (de 5 000 à 60 000 habitants) de commander leur repas dans un restaurant local compris dans un rayon de 30 kilomètres. A titre de comparaison, Uber Eats ou Deliveroo ne livrent qu’à trois kilomètres du restaurant.

En février 2020, la plateforme en ligne et l’entreprise sont créées, les premiers restaurants partenaires incorporés. La machine est désomais lancée. D’abord implantée à Oyonnax, ville du siège social, l’application se développe ensuite dans des agglomérations comme Bourg-en-Bresse ou Ambérieu-en-Bugey.

See Also
Une personne tape sur le clavier de son ordinateur

Le confinement, un réel accélérateur

Vient ensuite le confinement. Si dans beaucoup de secteurs, des entreprises ont souffert, les deux jeunes entrepreneurs ont quant à eux saisi cette situation inédite, marquée par une augmentation des commandes. « On a restructuré l’entreprise. Il a fallu revoir l’application. Avec l’équipe commerciale, dont moi-même, nous sommes allés dans toute la France rencontrer les restaurateurs demandeurs d’un partenariat », explique Enzo Chagny. Désormais, Lyveat compte plus de 600 restaurants partenaires et est présent dans 121 agglomérations.

La société, qui emploie 18 salariés, prend donc de l’ampleur sur le territoire. En 2020, elle a réalisé deux millions d’euros de vente et en prévoit 10 à 15 millions cette année. Un nombre réaliste puisque la start-up enregistre chaque mois « une croissance comprise entre 18 et 30%, du point de vue du chiffre d’affaires comme des commandes. »

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top