Now Reading
Conscience et Impact Écologique : l’association qui sensibilise les jeunes

Conscience et Impact Écologique : l’association qui sensibilise les jeunes

Ludivine Benitah, membre de conscience et impact écologique

Créée en 2012, l’association Conscience et Impact Écologique intervient dans différentes structures (écoles, collèges, entreprises,…), afin de sensibiliser enfants et adultes. Parmi les 300 membres de l’association, on trouve Ludivine Benitah et Océanne Thomas. Ces deux jeunes femmes réalisent notamment des animations dans des écoles.

L’écologie est aujourd’hui un enjeu essentiel pour la jeunesse. De plus en plus de jeunes s’investissent en effet pour tenter de rendre la planète plus propre. C’est notamment le cas de Ludivine Benitah, 20 ans, qui réalise son service civique dans l’association Conscience et Impact Écologique. « J’ai toujours été très sensible à l’écologie. Je me suis dit que ce serait un début de passer par là, parce que j’ai pour objectif de travailler dans l’humanitaire, en lien avec l’environnement. »

« Il faut que les jeunes aient les clés en main »

Engagée dans cette organisation depuis août dernier, elle est notamment chargée des animations pour les jeunes dans le périscolaire deux fois par semaine. « Pendant neuf semaines, je vais suivre un groupe et on va avoir un objectif de sensibilisation, en passant par des animations ou des débats », explique-t-elle.

La sensibilisation dès le plus jeune âge est donc un travail nécessaire : « Il est important de passer par ce modèle d’éducation et de sensibilisation du public, parce que si l’on veut que les jeunes de demain y arrivent aussi, il faut qu’ils aient les clés en main. Ils se rendent compte qu’il se passe ça sur la planète. Ça permet aussi d’atteindre les parents. Quand ils vont rentrer chez eux, ils vont dire « mais pourquoi on met le plastique à la poubelle ? », on peut donc aller plus loin grâce aux écoles », précise Océanne Thomas, elle aussi en service civique depuis cinq mois.

See Also
A 18 ans, Ilyes Ghouil est un météorologue autodidacte. Suivi par 70.000 personnes, ses conseils sont suivis en Franche-Comté.

Après leur contrat de professionnalisation qui se termine en février, les deux jeunes femmes continueront d’être dans l’association, cette fois en tant que bénévole.

Scroll To Top