Now Reading
Journée mondiale contre le cancer : le cancer chez les jeunes

Journée mondiale contre le cancer : le cancer chez les jeunes

cancer de la prostate chez l'homme et du sein chez la femme, les plus fréquents

Tous les 4 février depuis l’an 2000, le monde célèbre la journée mondiale de lutte contre le cancer. Le « world cancer day » a pour mission de faire toujours mieux connaître les cancers, encourager au dépistage et inciter chacun et chacune à passer à l’action.

Si le cancer reste une maladie qui touche davantage les personnes âgées, chez les jeunes, c’est également une des plus fortes causes de mortalité. Retour en chiffres sur le défi de la lutte contre le cancer, notamment pour les jeunes malades.

Le cancer en France

En 2018, selon Santé publique France, le nombre total de nouveaux cas de cancer est estimé à 382 000 dont 54 % chez l’homme. Avec 50 000 cas par an, le cancer de la prostate est le plus fréquent chez l’homme, suivi des cancers du poumon et du colorectal. Chez la femme, c’est le cancer du sein avec 58 000 nouveaux cas en 2018.

L’estimation du nombre total de décès par cancer s’élève en 2018, à 157 000 dont 57 % chez l’homme. Le cancer responsable du plus grand nombre de décès chez l’homme est le cancer du poumon (23 000). Chez la femme, c’est toujours le cancer du sein (12 000).

Dans le monde, selon le rapport IARC 2018, on estime à 18,1 millions le nombre de nouveaux cas et 9,6 millions le nombre de décès par cancer en 2018. Selon cette étude, un homme sur huit et une femme sur onze meurent du cancer dans le monde.
Et plus largement, un homme sur cinq et une femme sur six développeront un cancer au cours de leur vie.

Chez l’homme, les causes majeures des nouveaux cas de cancers sont le tabac (29%) et l’alcool (8,5%). Chez la femme, les causes majeures sont le tabac (9,3%), l’alcool (7,5%), le surpoids et l’obésité (6,8%). Pour un certain nombre de cancers, les raisons mais aussi les facteurs de risque sont encore inconnus.

Les 15 – 25 ans face au cancer

Situés entre l’enfance et l’âge adulte, les patients adolescents ou jeunes adultes, souvent abrégés « AJA » restent rares. Il y a environ 1 900 cas par an chez les jeunes en France, contre 382 000 au total chaque année. Selon l’Institut national du cancer, les cancers les plus fréquents sont les lymphomes, les tumeurs du système nerveux central et les leucémies.

Chez les adolescents (15-19 ans), au niveau mondial, une étude de The Lancet Oncology estime la fréquence des cancers à 185 cas pour un million de personnes chaque année. Les cancers les plus fréquents sont le lymphome (23% des cas), devant les carcinomes et les mélanomes.

Face à ces défis de la maladie, des associations comme Go Aja travaillent pour les aider. Leur objectif est de « faire reconnaître la spécificité de la prise en charge des adolescents et jeunes adultes mais aussi apporter des réponses tant d’un point de vue thérapeutique que sociétal et psychique ».

Aujourd’hui, sur l’ensemble des cancers touchant la population adolescente et jeune adulte, et traités en France, on constate un taux de 81 % de patients toujours vivants 5 ans après le diagnostic. Un chiffre qui est en constante progression.

See Also
Marion Sacilotto est engagée dans une association contre la précarité menstruelle.

Malgré tout, et bien qu’assez rare avec 1 900 cas par an, le cancer reste la troisième cause de mortalité chez les 15-25 ans, après les accidents, notamment les accidents de la route, et les suicides.

Les chiffres du cancer chez les jeunes dans le monde

Chaque année en France, pour la tranche d’âge des 15 à 25 ans, on diagnostique 1900 cas chez les adolescents et jeunes adultes (dits « AJA »). Chez notre voisin, en Belgique, c’est près de 800 nouveaux cas diagnostiqués chez les 15-29 ans chaque année. Sur des critères plus larges, au Canada, c’est environ 7 500 jeunes adultes (entre 20 et 39 ans) qui sont diagnostiqués d’un cancer chaque année. Toujours au Canada, les 15-39 ans représente 4 % des nouveaux cas de cancer chaque année.

Le cancer est donc un défi mondial, un des principaux facteurs de mortalité dans le monde, qui touche également les jeunes à une plus petite échelle. La journée mondiale contre le cancer est donc un combat mondial contre la maladie, et chacun peut y apporter son aide.

D’autant plus dans la période actuelle où les personnels soignants ont plus que jamais besoin de soutien.

Auteur

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top