Now Reading
Demain au creux de nos mains

Demain au creux de nos mains

Une jeune femme regarde vers l'avenir avec espoir

Retrouvez cette semaine deux billets d’humeur qui traitent de l’actualité de manière un peu philosophique, avec de la poésie si vous voulez la trouver et écrits avec la passion d’un jeune journaliste en devenir. Voici mes pensées un peu mieux organisées, pour un poème sur demain !

Quoi qu’il arrive, quoi qu’il m’arrive, Ce soir se couchera,  Et demain viendra. 

Et pourtant, je suis là, pour le moment, À vivre tous ces instants, à aimer tous ces gens. Et pourtant, tout cela s’en ira, comme il est venu.  Soudainement, accompagné d’un zeste de mystère ! 

Et pourtant, je suis là, et je vis tout ça. Je suis l’auteur d’un récit qui m’est propre. Et quoi qu’il arrive, quoi qu’il m’arrive,  Le vécu est vécu, Et la vie sera ce qu’elle sera.  

Je suis jeune, et toutes ces questions m’habitent ; Pourquoi suis-je ici ? Demain sera-t-il le résultat d’hier,  Ou puis-je encore changer le monde ?

Être jeune aujourd’hui, n’est plus une question d’âge. Mais bien un choix. Ceux qui choisiront la vieillesse détruiront, puisqu’ils partiront.  Mais ceux qui se veulent jeunes, construiront, puisque à leurs yeux, demain existe. Et cela, quoi qu’il arrive, quoi qu’il nous arrive. 

Bien que beaucoup parlent des vieux aigris, de leurs guerres, et de leur haine,   Je tourne mon espoir vers cette jeunesse de tout âge,  Qui, fort d’amour et d’espoir,  Voit en demain, la raison de soigner notre présent, et tous ceux qui y habitent.  

Alors aujourd’hui, je n’ai qu’une chose à dire,  Vivons comme des enfants à la conquête de leurs rêves.  Prenons un bout de bois et brandissons la telle une épée. Trouvons un drap blanc et demandons la paix au monde. Et puis ne cessons jamais de découvrir, pour comprendre ce que l’on a à protéger.

See Also
Micro-trottoir, deux personnes répondent à une interview

Demain connaîtra encore des jours heureux, Malgré tout, malgré eux, et parfois malgré nous, L’espoir ne cessera de vivre, Dans le cœur des jeunes passionnés. Comme dans les nôtres, grands enfants, Qui refusons les règles d’un monde qui se meurt.

C’est ainsi que je chante la révolution !

Et vous pouvez retrouver mes autres billets d’humeur !

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top